* Arwen Marine - Glossaire
Arwen Marine
 
Accueil Les Nouvelles Nos Bateaux L'Entreprise Le Glossaire
Plan du site Recherche sur le site Nous ecrire
 
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

C

  C Se dit Charlie. Signifie : oui. C  
  Retour      
       
  Cabaner

Sur les canots ouverts, signifie monter une tente pour s'y abriter.

Sur les dériveurs, cabaner signifie aussi chavirer à 180° en mettant le mât à la verticale et la carène en l'air.

Chaloupe cabanée pour la nuit.  
  Retour      
       
  Cabestan

Treuil à tambour vertical. Sur les bateaux modernes, il ne reste plus que les winchs (ou winches, si on vent respecter le pluriel anglais) pour les manoeuvres et le guindeau pour le mouillage.

Noeud de cabestan : deux boucles croisées et superposées, très rapide et pratique !

Cabestan

Cabestan  
  Retour      
       
  Cabillot Grosse cheville à manche qui s'installe dans le trou d'un banc ou d'un ratelier pour y tourner des manoeuvres. Glène sur un cabillot  
  Retour      
       
  Cabotage, Caboter

Le cabotage est la navigation côtière : aller de cap en cap.

Ne pas confondre avec cabotinage : profession de cabotin, de comédien ambulant; le monde du mauvais théâtre. Par extension, jeu prétentieux et trop extérieur d'acteur sans talent.

Un cap sur Jeffrey's Bay en Afrique du Sude  
  Retour      
       
  Cadène Ancrage d'un hauban sur la coque. Anciennement, chaîne de quelques maillons qui servait à tenir les caps de mouton. Cadène  
  Retour      
       
  Caillebotis (ou Caillebottis)

Treillis de bois servant de plancher amovible ou de grille d'aération.

Par référence à l'empreinte des claies sur lesquelles on fait égoutter le lait caillé et qui ressemblent à des caillebottis. Cailles ou Caillibottes, espèce de fromage au lait cuit, puis divisé par carrés dans la forme d'un damier.

Caillebotis  
  Retour      
       
  Caisse

Deux significations : pour une poulie, c'est le bloc (joues et entretoises) qui contient le réa. La caisse d'un espar, c'est l'extrémité intérieure carrée ou polygonale qui sert à le saisir.

Sur notre image, la caisse du bout-dehors de la bisquine "La Cancalaise", sous la misaine ferlée sur sa vergue..

La caisse du bout-dehors de la Cancalaise.  
  Retour      
       
  Caisson (étanche)

Les caissons servent à rendre un bateau insubmersible. Les caissons sont des compartiments fermés de façon étanche (avec trappe de visite ou non) contenant soit de l'air soit une mousse rigide (polystyrène expansé par exemple) et assurant ainsi des réserves de flottabilité au cas où la coque du bateau serait envahie par l'eau (au cours d'un chavirage par exemple.)

Voir également coqueron.

Sur notre image, le caisson arrière du Skerry rempli de polystyrène expansé avant le collage du siège/pontage fermant le caisson sur le dessus.

Caisson  
  Retour      
       
  Callipyge Par allusion. à la statue antique de Vénus Callipyge (ou Kallipygos) : désigne une personne qui a de belles fesses, harmonieusement arrondies... Par extension, on peut dire qu'une coque est callipyge quand elle a un tableau arrière charnu et appétissant... Callipyge  
  Retour      
       
  Canaille

Encore une invective du Capitaine Haddock : canaille désignait la partie la plus basse du peuple considérée comme méprisable dans ses idées, ses goûts, ses actes (on parlait de "la canaille"). Aujourd'hui, une canaille est un individu malhonnête et sans scrupules. En adjectif, canaille dénote la vulgarité, la malhonnêteté ou la perversité. Un air, un geste canaille, des goûts canailles.

Emprunté à l'italien canaglia, littéralement « troupe de chiens », a remplacé depuis le 13e siècle l'ancien français chienaille/chenaille.

Notre image: le Cap Canaille entre Cassis et La Ciotat est la falaise maritime la plus hautre d'Europe, avec 362 mètres.

Le Cap Canaille  
  Retour      
       
 

Caneton

Le Caneton est un dériveur monotype en double créé en 1931 par Victor Brix pour le Cercle de la Voile de Seine-Maritime qui l'adopte en février 1932 (on parle de "Caneton Brix"). C'est un dériveur à bouchains vifs, moderne pour l'époque. En voici les principales dimensions : longueur coque 5,00 m, longueur flottaison 4,40 m, bau maxi 1,40 m, bau flottaison 1,28 m, tirant d'eau dérive haute 0,16 m, tirant d'eau, dérive basse 0,90 m, déplacement à vide 190 à 230 kg, poids de la dérive tole métal 26 kg, surface du foc 2,70 m², surface de grand'voile 7,80 m², surface de voile totale 10,50 m².

Jusqu'en 1946, plus de 700 exemplaires du Caneton Brix furent construits. De nombreuses constructions amateur durant cette période ne respectent pas tout à fait les règles de la monotypie. Au début 1947, l'AS.PRO.CA. (Association des Propriétaires de Caneton) décide de créer une jauge "à restrictions" englobant tous les bateaux construits. Ces nouvelles "règles du jeu" intéressent de nombreux architectes navals, professionnels ou amateurs. La nouvelle FFYV lui octroie durant 10 ans l'officiel "Championnat de France à 2 équipiers". Plus de 800 unités sont encore construites. Principales règles de jauge du Caneton à restrictions : longueur hors tout maxi 5,05 m, bau mini 1,40 m, coque à bouchain vif, étrave et tableau inclinés respectivement 15° et 10° max, dérive maxi 28 kg et 1,00 m sous la coque, surface de voile max 14,00 m².

Aux essais organisés à La Baule par l'IYRU en 1953 dans le but de choisir un dériveur olympique pour remplacer le Sharpie 12 m², le Caneton est représenté en force. C'est un prototype qui surprend tout le monde, le Coronet de John Westell. Les autorités internationales ne veulent pas donner d'emblée le statut international à ce dériveur, mais on le lui promet dès qu'une centaine de bateaux seront construits. L'Association des Propriétaires de Caneton (AS.PRO.CA) propose à Westell de réduire son bateau (de 5,50 m à 5,05 m) pour le faire accepter comme nouveau monotype. L'architecte anglais accepte et la classe française va promouvoir la nouvelle série très rapidement. Ainsi, au sein de l'AS.PRO.CA, vont cohabiter deux séries totalement différentes de Caneton, si ce n'est la longueur hors tout du bateau. Moins de deux ans après son lancement, le 505 obtient un succès considérable. Dès lors, il prend son envol définitif avec la création de l' "International 505 Class" et de sa section française, en dehors de l'AS.PRO.CA.

Au moment où les plus sportifs fondent la 505 Class, les canetonistes qui régatent gentiment en famille comprennent que la formule a restrictions n'a plus de sens. Ils se tournent vers Eugène Cornu qui leur dessine un dériveur moderne (avec caissons étanches latéraux, sans pontage arrière) qui n'est pas excessif : le "Caneton 57", autrement appelé "Monotype 57", marquant ainsi son année de mise en circulation. L'architecte prévoit une construction en contreplaqué, mais assez rapidement les coques en fibre de verre voient le jour. Pour cette série, près de 800 unités construites, dont à peu près 10% par des amateurs. L'AS.PRO.CA décide en 1970 l'arrêt de ce monotype à cause des sempiternelles chamailleries que cause l'architecte (?) Caractéristiques du Caneton 57 : longueur coque 4,98 m, bau maxi 1,715 m, poids à vide 160 kg, dont dérive 25 kg, surface du foc 4,30 m², surface de grand'voile 9 m², puis 10,15 m². Surface de voile totale au près 14,45 m², surface du spinnaker 10,5 m²

En 2008, quelques propriétaires de Caneton ayant pris l'habitude de se retrouver dans les rassemblements de bateaux anciens recréent l'Association des Propriétaires de Caneton.

Emprunté à Wapedia.

Canetons

Caneton

 
  Retour      
       
  Cap Corse

Le Cap Corse a été dessiné en 1957 pour la construction amateur par Jean-Jacques Herbulot. Depuis l'origine, 600 exemplaires ont été construits, autant par des amateurs que par des chantiers.

Longueur : 5,75 m
Largeur : 1,92 m
Tirant d'eau : 0,57 - 1,00 m
Déplacement : 560 kg
Lest : 150 kg
Voilure au près : 18,3 m2

Cap Corse  
  Retour      
       
  Cap de Mouton

Bloc de bois plat et rond percé de 3 trous. Les caps-de-mouton sont reliés entre eux par un cordage appelé la ride. Aujourd'hui remplacés par des ridoirs à vis pour raidir le haubanage, mais on commence à les revoir sur les gréements tout textile.

Sur la gauche de notre image de droite, un cap-de-mouton servant à tenir le losange d'un trimaran de sport (la ride doit être plus sérieuse quand il est gréé pour naviguer), vu au salon nautique de Paris 2007. Notez également les 2 poulies du cunningham, qui divisent l'effort d'étarquage par 4. Ci-dessous, un cap de mouton "classique".

Cap de mouton : la ride est le cordage qui est capelé entre les trois trous des 2 caps-de-mouton pour raidir les hauban.
Voir comment établir correctement la ride entre les caps de mouton.

Cap de mouton moderne  
  Retour      
     
  Capeler

Passer une manoeuvre ou un bout dans tout objet propre à les recevoir.

Le capelage est un point d'amarrage pour un élément du gréement.

On dit aussi capeler un ciré...

On dit aussi capeler un ciré...  
  Retour      
       
  Capharnaüm

Capharnaüm ou Kefar Nahum est une ville disparue de l'ancienne province de Galilée, sur la rive nord-ouest du lac de Tibériade. Son nom vient de l'hébreu Kfar (village) et Nahum (compassion, consolation).

Le dictionnaire nous dit que, dans le langage familier, un capharnaüm est un lieu de désordre et de débauche. [San Francisco] immense capharnaüm de tous les déclassés, où l'on jouait la poudre d'or, un revolver d'une main et un couteau de l'autre (Jules Verne, Le Tour du monde en 80 jours, 1873, p. 142).

Ce mot est utilisé aujourd'hui pour qualifier un lieu très désordonné, renfermant beaucoup d'objets entassés pêle-mêle. Certaines sources donnent au sens de ce mot une origine biblique : traversant Capharnaüm, Jésus fut assailli par une foule hétéroclite de malades faisant appel à son pouvoir guérisseur... Une autre explication semble plus plausible : Capharnaüm fut le site d'une des premières campagnes de fouilles archéologiques "scientifiques" à la fin du XIXe, à un moment où les fouilles archéologiques étaient une nouveauté, et l'apparence des fouilles évoquait un grand désordre pour les contemporains...

Capharnaüm

Origine biblique ?

 
  Retour      
       
  Caravelle

Dessinée en 1953 comme bateau de servitude pour le Centre Nautique des Glénans par Jean-Jacques Herbulot, également auteur du Vaurien, du Corsaire, du Mousquetaire, entre autres.

La Caravelle fut dotée rapidement d'un gréement marconi pour en faire un dériveur d'initiation pour six personnes. Construite initialement en contreplaqué sur lisses (quatre panneaux : fond en V et deux panneaux latéraux, marotte et tableau), elle fut ensuite disponible en polyester, avec un avant et un bouchain arrondi.

Une version "randonnée", la Cavarelle-Cigogne (ou Caragogne) dotée d'un tout petit rouf abritant deux couchettes eut un succès limitée.

Longueur : 4.60 m
Largeur : 1,80 m
Tirant d'eau : 0,25 - 1,15 m
Poids : 210 kg
Voilure au près : 12 m2

Caravelle  
  Retour      
       
  Cardinal

Se dit du balisage directionnel signalant d'un danger. Caractérisé par les couleurs jaune et noire (combinées de manière significative, cf. photo), complétées par le "chapeau" fait d'une combinaison de cônes symbolisant la lettre du gisement du danger.

Deux cônes pointe en haut : la balise est au Nord du danger, deux cônes pointe en bas, la balise est au Sud du danger, jusque là c'est facile, il suffit de penser à une double flêche, Nord en haut et Sud en bas, comme sur toutes les cartes.

Ca se gâte un peu pour l'Ouest et l'Est... Et je remercie Emmanuel M. qui a corrigé mon mnémotechnique faisandé avec la lettre grecque epsilon (∑), qui n'y était pour rien...

Comme vous voyez sur l'image ci-contre (merci Wiki), les cônes opposés par la pointe sont à l'Ouest, du danger et il faut penser à un "W" basculé, alors que la marque Est évoque un peu plus le "E" avec les deux cônes opposés par la base.

On trouve chez les shipchandlers et les coopératives maritimes des autocollants montrant ce balisage ainsi que le latéral et quelques autres rêgles de base.

Balisage cardinal  
  Retour      
       
  Carène

Partie immergée de la coque. on parle aussi des œuvres vives, par opposition aux œuvres mortes qui désignent les parties de la coque qui ne sont pas dans l'eau.

Le centre de carène est le centre du volume de la carène. C'est aussi le centre de gravité du volume d'eau déplacé par la carène. On l'assimile donc naturellement au centre de gravité du bateau.

Pour plus de détails, voir cette page d'explications sur tous les paramètres de coque des kayaks Guillemot.

Sur notre photo, le 8 m JI "Enchantement" nous dévoile un bout de sa blanche carène.

Carène  
  Retour      
       
  Carène liquide

Dans un réservoir partiellement rempli, le contenu se déplace avec le mouvement du bateau. Cet effet de carène liquide accroît le danger d’un chavirement en amplifiant les mouvements du bateau. On peut avoir le même phénomène avec une cargaison vrac de blé ou autre produit granuleux : des grands voiliers chargés de blé ou de charbon ont coulé à la suite du déplacement de leur cargaison dans un fort coup de gîte. Le déplacement de leur centre de gravité les a fait chavirer ou les a rendus non-manoeuvrants car incapables de se redresser jusqu'au naufrage.

C'est pour empêcher ou limiter cet effet que l'on installe des baffles dans les cales.

Carène liquide  
  Retour      
       
  Carguer

Etouffer une voile au moyen de ses cargues, qui permettent de la serrer autour des espars : vergue, corne ou mât, en attendant que les gabiers montent ferler la voile.

Cliquez sur l'image ci-contre pour en voir une plus grande version qui montre le détail des cargues sur le mât de misaine de Pride of Baltimore II.

Cargues sur le mât de misaine de Pride of Baltimore II  
  Retour      
       
  Carlingue

Forte pièce fixée au dessus de la quille et qui renforce la tenue des varangues.

Sur notre image de la construction de la réplique du Götheborg, vaisseau de commerce suédois de la première moité du 18e siècle, une partie de la carlingue est positionnée par la grue. L'échelle est donnée par les charpentiers qui assistent au positionnement du bout de bois... Notez le joint en scarf ou plutôt en "écart" pour utiliser le mot français.

 

Carlingue  
  Retour      
       
  Carreau

Dernier bordé du haut de la coque d'un canot (sur un gros bateau, on parlera de la préceinte.)

Sur cette photo du premier jour d'entrainement des recrues de l'US Navy en 1943, on distingue que les avirons passent dans des toletières percées dans le carreau.

Carreau  
Retour      
         
  Carré

Le carré était la pièce située sous le gaillard arrière ou la dunette d'un vaisseau, de forme carrée car elle était flanquée par d'autres pièces qui rattrappaient l'asymétrie de la forme de la coque, où les officiers prenaient leurs repas. Le terme est apparu sous Louis-Philippe, sur les frégates.

Aujourd'hui sur nos "petits" bateaux, le carré est plutôt le "living room" : salon, salle-à-manger, cuisine.

Voile carrée : voir phare.

Carré  
  Retour      
       
  Catachrèse

Encore une invective du capitaine Haddock :

La catachrèse est le procédé qui étend l'emploi d'un terme au-delà de ce que permet son sens strict. Exemple : "à cheval sur un mur". C'est une métaphore dont l'usage est si courant qu'elle n'est plus sentie comme telle; exemple : les pieds d'une table, les ailes d'un moulin. Egalement, extension abusive : fil de fer en cuivre.

Catachrese  
  Retour      
       
  Catboat

Type de gréement dans lequel le ou les mâts ne portent pas de voile d'avant. C'est plus précisément un type de bateau apparu vers 1840 à New-York : mât emplanté dans l'étrave, très large (bau = 1/2 longueur), très faible tirant d'eau, dériveur et souvent équipé d'un gouvernail en "porte de grange" (très large et peu profond.) Ces bateaux étaient utilisés pour la pêche et le petit cabotage. Leur intérêt était essentiellement dans la simplicité de ce gréement, la capacité de charge de la coque très large, et leur grande stabilité pour leur faible tirant d'eau.

Ces qualités font que le catboat est resté très populaire en voilier de plaisance aux Etats-Unis. L'étymologie de ce nom reste mystérieuse (avis aux lettrés) : il semble que "catboat" ait d'abord désigné un voilier de transport de charbon au 17e siècle en Grande-Bretagne, mais pourquoi, et comment ce nom a-t-il traversé l'Atlantique pour désigner un autre voilier qui n'a rien à voir (ni toujours avec les chats d'ailleurs) ?

Sur notre image, un catboat sur plan de Fenwick Williams

Un catboat sur plan de Fenwick Williams  
  Retour      
       
  Catfish (poisson chat)

Juste une excuse pour montrer l'image ci-contre... Ce specimen de 85 kg mesure 215 cm de long et est agé de 23 ans (et regardez le sourire du pêcheur de droite...)

Le poisson-chat n'a pas d'écailles, mais sa peau est couverte de mucus. Sa tête est large et applatie, avec 6 barbillons, 2 longs sur les cotés et 4 petits en dessous, ressemblant aux moustaches d'un chat, d'où il tire son nom.

Le poisson-chat est un carnivore vorace, principalement nocturne, qui se nourrit d'autres poissons, d'écrevisses, de coquillages et il n'hésite pas a avaler des grenouilles voire même des canards posés à la surface de l'eau. Il préfère les eaux calmes et profondes où il se cache parmi les obstacles du fond.

Le poisson-chat peut vivre bien au delà de 100 ans : il atteint 2 kg au bout de trois ans, 90 kg à 25 ans, et 250 kg à 85 ans. Il est originaire du Danube, et fut introduit par l'homme dans tout le reste de l'Europe. Son introduction en Ecosse semble avoir eu pour but d'assurer une nouvelle source de proteines à l'attention des classes laborieuses. Sa chair était décrite par le "Times" dans les années 1860 (au moment de son introduction) comme "ressemblant au veau, avec un goût riche d'anguille, supérieur au saumon"...

Cat fish

Cliquez sur l'image pour la voir en grand

 
  Retour      
       
  Cavitation

On appelle cavitation (du latin cavus, « trou ») la génération de bulles de gaz et de vapeur dans un liquide soumis à une puissante dépression. Si cette dépression est suffisamment élevée, la pression peut devenir inférieure à la pression de vapeur saturante (la pression à laquelle la phase gazeuse d'une substance est en équilibre avec sa phase liquide ou solide, qui est aussi fonction de la température), et une bulle de vapeur se forme.

Outre la variation de densité causée par la propagation d'une onde accoustique (utilisée pour détruire les calculs vésicaux ou rénaux, par exemple), la dépression est plus généralement créée par un écoulement de liquide à forte vitesse, par exemple dans un venturi, ou au voisinage d'une pale dans une pompe ou encore sur une hélice de propulsion. La forte vitesse cause une faible pression sur l'extrados.

On parle de cavitation hydrodynamique, découverte en 1917 par Lord Rayleigh, qui se traduit par un sillage de bulles, ainsi que par l'apparition d'une couche de vapeur accrochée à une pale (là où la dépression est la plus forte, c'est-à-dire à l'extrados. Attention toutefois, la bulle souvent observée n'est généralement que de l'air entraîné depuis la surface, et non de la cavitation : c'est le phénomène de ventilation, quand l'hélice est proche de la surface).

La cavitation est très destructrice car la génération de vapeur provoque des surpressions violentes très localisées (l'eau n'est pas compressible autour de la poche de vapeur) et c'est ainsi que l'on détruit très rapidement une hélice mal conçue.

Hélice  
  Retour      
       
  Cercle de mât Tient le guindant d'une voile près du mât, autour duquel il coulisse. Sur notre photo, on aperçoit les cercles de mât de la voile de flèche d'avant sur "Pride of Baltimore II" et un gabier debout sur la drisse de pic de misaine. Cercles de mât  
  Retour      
       
  Cercopithèque Encore une invective du capitaine Haddock : le cercopithèque est un singe, caractérisé par une longue queue et vivant habituellement dans les forêts d'Afrique centrale et méridionale. Cercopithèque  
  Retour      
       
  Chaise (Noeud de)

Le noeud de chaise est le plus difficile à maîtriser des noeuds à posséder, mais c'est aussi celui qui vous servira le plus car il tient bien et reste facile à défaire même après avoir été très souqué.

Essayez le mnémotechnique suivant : le serpent (l'extrémité libre de l'orin ou du bout) sort du puits (la petite boucle), tourne autour de l'arbre (le courant) et rentre dans le puits...

  Noeud de chaise

Gérard ajoute : "et pour le serrer, je tire sur l'arbre". Merci Gérard, bien que le mnémotechnique devienne un peu hasardeux (je tire avec ma pelle mécanique de poche ?) Mais excellente remarque, qui illustre le fait que ce noeud est auto-serrant.

Antoine me signale que "le courant c'est l'extrêmité et le dormant c'est la partie longue, en principe reliée au bateau (et non l'inverse...)" J'ai donc fait la correction ci-dessus, merci Antoine !

Noeud de chaise

A gauche, le serpent sort du puits. Au milieu, il tourne autour de l'arbre et rentre dans le puits. A droite : bravo, vous avez réussi !

 
  Retour      
       
  Chambre Dans une embarcation ouverte : espace entre le banc le plus à l'arrière, les bancs latéraux et le banc arrière ou le tableau. La photo montre la Yole de l'Odet "Pen Bleiz". Sur ce canot automobile on voit bien la chambre capitonnée.  
  Retour      
       
  Chantier voir Ber    
  Retour      
Suite de la lettre C (Chapelle à Concave)
Fin de la lettre C (Contreplaqué à Cunningham)
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Ce glossaire restera en développement : n'hésitez pas à me signaler les termes ou expressions que vous souhaiteriez voir ajoutés à cette liste, ainsi que toute erreur, omission ou tout autre défaut.Son objet est simplement de compenser la nécessité pratique d'employer des termes techniques sans lesquels les explications sont difficiles. J'ai essayé d'y inclure tout le vocabulaire maritime utilisé sur ce site, les termes "usuels" qu'il me semble utile de maîtriser (et finalement, par demande populaire, les étrangetés maritimes...)
Haut de page
Copyright Arwen Marine Emmanuel Conrath 2015 www.arwenmarine.com