Arwen Marine
 
Accueil Les Nouvelles Nos Bateaux L'Entreprise Le Glossaire
Plan du site Recherche sur le site Nous ecrire
 
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
 

G

 
  Voir le début de la lettre G (G à Goscinny)  
       
  Gouvernail

Appareillage constitué d'un plan vertical immergé, situé à l'arrière d'un bateau et servant à le diriger. Voir étambot pour plus de précision.

Notre image montre le gouvernail particulier d'un Beetle Cat (photo de maquette) Ce type de gouvernail long et très peu profond est souvent complété par une plaque fixée horizontalement sous la semelle du safran qui augmente considérablement son rendement en évitant que les flux des 2 côtés ne se mélangent.

Gouvernail particulier d'un Beetcle Cat (maquette)  
  Retour      
       
  GPS

Le GPS (Global Positionning System) opérationnel depuis 1995 permet de connaitre en permanence la position dans les trois dimensions d'un récepteur-calculateur par trilatération des signaux émis par au moins 4 des 30 satellites du système. Certes, mais encore ?

Le GPS fonctionne grâce au calcul de la distance qui sépare un récepteur de plusieurs satellites. La position des 30 satellites étant transmise régulièrement au récepteur, celui-ci peut, grâce à la connaissance de la distance qui le sépare des satellites, connaître ses coordonnées.

La précision "de base" du GPS est de l'ordre de 10 à 20 m, et elle passe de 2 à 3 m par le raffinement du DGPS (pour Differential GPS). Dans le DGPS, des stations au sol corrigent les erreurs liées à la distance des satellites (en orbite à 20 000 km d'altitude), à la relativité (déformation de l'écoulement du temps en fonction de la gravité et de la vitesse, vous vous rappelez d'Einstein ?) et à la propagation des ondes. Les stations recevant les mêmes signaux que les récepteurs mobiles, mais connaissant, elles, leur position fixe, transmettent des valeurs de correction aux récepteurs mobiles se trouvant dans leur voisinage.

Le GPS est un système mis au point par l'armée américaine et toujours sous contrôle des Etats-Unis. C'est pour réduire sa dépendance que l'Europe a décidé de lancer son propre système "Galileo". Un accord d'interopérabilité a néanmoins été conclu afin que les deux systèmes émettent sur les mêmes longueurs d'onde des signaux compatibles, qui permettront de continuer à utiliser les terminaux actuels avec une précision et une sécurité de fonctionnement améliorées.

Satellite GPS  
  Retour      
       
  Grain Coup de vent souvent accompagné de pluie, neige ou grèle, ou simplement, averse soudaine et isolée : beurk ! Grain  
  Retour      
       
  Grand pavois

Pavois a la même origine que pavillon. Voir Pavois pour une explication de ce terme seul.

Avec l'adoption des pavillons alphabétiques de code, ceux-ci furent adoptés pour cette ornementation. Par extension, de nos jours et pour les fêtes, on hisse tous les pavillons disponibles dans la mâture, attachés les uns aux autres: c'est ce que l'on nomme le grand pavois.

Le grand pavois est composé des 40 pavillons du code dans l'ordre suivant :

E Q 3 G 8 Z 4 W 6 P 1 I apercu T Y B X 1er substitut H 3eme substitut D F 2eme substitut U A O M R 2 J O N 9 K 7 V 5 L C S

Soit de gauche à droite et de haut en bas :

E Q 3 G 8 Z 4 W
6 P 1 I Aperçu T Y B
X 1er H 3eme D F 2eme U
A O M R 2 J O N
9 K 7 V 5 L C S

Pour un sloup : de l'étrave à la tête de mât : E Q 3 G 8 Z 4 W 6 P 1 I aperçu T Y B X 1er substitut H 3eme substitut, puis de la tête de mât à la poupe : D F 2eme substitut U A O M R 2 J O N 9 K 7 V 5 L C S

Pour un ketch : de l'étrave à la tête de grand mât : E Q 3 G 8 Z 4 W 6 P 1 I aperçu T, puis de la tête de grand mât à la tête d'artimon : Y B X 1er substitut H 3eme substitut D F 2eme substitut U A O, et enfin de la tête d'artimon à la poupe : M R 2 J O N 9 K 7 V 5 L C S.

On peut ajouter le pavillon national en tête de mât.

Le Grand Pavois est le nom adopté en 1972 pour le salon nautique annuel de fin d'été à La Rochelle.

 
  Retour      
       
  Grand-voile

La grand-voile est la voile établie sur le coté arrière du grand-mât d'un voilier. Sur les gréements à voiles carrées, la grand-voile est la voile carrée établie en bas du plus grand mât.

Notre image, empruntée à Wikipedia, représente une grand-voile bermudienne ou marconi. Le point de drisse (1) désigne l'angle situé au sommet de la voile une fois celle-ci hissée : c'est l'endroit où la drisse est frappée. Le point d'amure (10) désigne l'angle attaché au point fixe du bateau : lorsque la voile est en position le point d'amure est sur l'avant du bateau. Le point d'écoute (12) désigne l'angle de la voile du côté de l'écoute.

Chacune des extrémités de la voile reçoit un renfort (3) constitué de plusieurs épaisseurs de tissus cousues ensemble parfois renforcées par une structure rigide. La têtière (3) est la partie renforcée de l'extrémité supérieure de la voile. Un œillet situé à chacun des angles permet de fixer la voile au gréement.

Les côtés d'une voile triangulaire sont  :

  • La bordure (11) est le côté de la voile parallèle au pont : c'est le bord bas de la voile. Le réglage de la tension de la bordure est modulé selon la force du vent afin de creuser ou d'aplatir le bas de la voile. Sur les gréements à mât flexible, le réglage du creux est surtout obtenu en cintrant le mât grâce, notamment, au hale-bas de bôme, au pataras.
  • Le guindant (6) est le bord d'attaque de la voile (côté mât pour la grand-voile.) En ajustant la tension sur le guindant, on déplace de creux de la voile vers l'avant ou l'arrière. On utilise le cunningham pour ajuster rapidement la tension du guindant.
  • La chute (5) est le côté de la voile situé vers l'arrière, toujours libre : sa tension est réglée par un nerf de chute (8)


Sur la grand-voile on trouve également 2 à 3 bandes de ris (9) - zones horizontales comportant des œillets aux extrémités qui sont utilisées pour réduire la surface de la grand-voile lorsque le vent forcit (prise de ris.) Les petits œillets reçoivent les garcettes qui servent à saisir la bande de toile quand le ris est "pris".

Une voile est généralement composée de laizes (7) bandes de tissus cousues les unes aux autres, découpées de manière à répartir l'effort en faisant éventuellement varier le grammage du tissu et positionner le creux de la voile, grâce à la coupe des bords. Une voile n'est pas plate sauf s'il s'agit d'une voile de tempête comme une suédoise. (Oui, c'est ici que vous l'avez lu en premier, les suédoises sont plates !)

La chute de grand-voile est arrondie : c'est le "rond de chute" qui est raidi par 3 à 4 lattes (4). Le guindant de la grand-voile est rendu solidaire du mât soit grâce à des coulisseaux (2) fixés à la voile et passés dans une gorge du mât ou un rail fixé sur celui-ci, soit grâce à une ralingue (c’est-à-dire un cordage cousu le long de la voile) qui passe dans une gorge du mât sur les dériveurs, et est complétée de cercles de mât ou d'un transfilage en l'absence de gorge. La bordure de la grand-voile est souvent aussi tenue par une ralingue tenue sur la bôme comme le guindant sur le mât.

Article partiellement emprunté à Wikipedia.

Grand-voile  
  Retour      
       
  Grappin

Petite ancre à quatre ou cinq branches recourbées et dont on se sert pour mouiller les embarcations légères. Egalement utilisé au bout d'un cordage léger pour accrocher et rapprocher un mouillage, voire un autre bateau, afin de passer à l'abordage.

Grappin  
  Retour      
       
  Gréement

Le gréement est composé de l'ensemble de la mâture, de la voilure, et, des manoeuvres.

On distingue le gréement courant, mobile (les drisses, les balancines), qui permettent de manoeuvrer, et le gréement dormant, fixe (les haubans, les étais), qui tiennent la mâture.

Sur notre image, le gréement de la goélette à hunier "Lynx".

Gréement  
  Retour      
       
 

Grève

La grève désigne le terrain, souvent formé de sable, de graviers, ou de vase, qui constitue le rivage d'un cours d'eau ou de la mer.

La place de Grève était jusqu'en 1803 la place de l'Hôtel-de-Ville, à Paris, nommée ainsi en référence à la grève de la berge de Seine toute proche. Depuis, les berges ont été remblayées et maçonnées afin d'accompagner l'urbanisation de notre capitale.

Grève  
  Retour      
       
  Gui Espar bas d'une voile aurique, qui tient la bordure entre le point d'amure et le point d'écoute. Synonyme de bôme. Gui  
  Retour      
       
  Guibre

Prolongement de l'étrave sur les navires anciens, sur laquelle se fixait le mât de beaupré. Aujourd'hui on parle d'étrave à guibre quand son profil comporte une partie concave.

Sur notre image, l'étrave à guibre de Pen Duick III.

L'étrave à guibre de Pen Duick III  
  Retour      
Guignol Article en développement... Guignol  
         
  Retour      
       
  Guindant

Le guindant est le bord d'attaque de la voile. Sur une voile d'avant, il sera sur la draille, sur une voile d'arrière il sera le long du mât.

Voir Grand-voile ci-dessus pour plus de détails.

Guindant  
  Retour      
       
  Guindeau

Treuil servant à mouiller et relever le mouillage.

Sur notre image, l'équipage entretient le guindeau de Pride of Baltimore II.

Le guindeau du Pride of Baltimore II  
  Retour      
       
  Guirlande

C'est la courbe de structure horizontale qui tient ouverte l'étrave et sur laquelle prennent appui les serres bauquières.

Sur une coque amphidrome, on trouve également une guirlande à la poupe.

Pour répondre à une question qui m'a été posée, l'étymologie de "guirlande" nous montre qu'il s'agissait d'une couronne ou d'un élément de coiffure (guerlande, ou girlande emprunté à l'italien ghirlanda, noté dès le 8eme siècle), qu'elle soit de fils de métal précieux ou de fleurs.

Guirlande  
  Retour      
  A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z  
Ce glossaire restera en développement : n'hésitez pas à me signaler les termes ou expressions que vous souhaiteriez voir ajoutés à cette liste, ainsi que toute erreur, omission ou tout autre défaut. Son objet est simplement de compenser la nécessité pratique d'employer des termes techniques sans lesquels les explications sont difficiles. J'ai essayé d'y inclure tout le vocabulaire maritime utilisé sur ce site, les termes "usuels" qu'il me semble utile de maîtriser (et finalement, par demande populaire, les étrangetés maritimes...)
Haut de page
Copyright Arwen Marine Emmanuel Conrath 2015 www.arwenmarine.com