Arwen Marine
 
Accueil Les Nouvelles Nos Bateaux L'Entreprise Le Glossaire
Plan du site Recherche sur le site Nous ecrire
 
 
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

R

  R Se dit Romeo. Signal de procédure : j'ai bien reçu votre dernier signal R  
  Retour      
       
  Raban

Petit cordage ou sangle servant à ferler une voile.

Rabans

   
  Retour      
       
  Râblure

Feuillure de section triangulaire taillée de l'étrave à l'étambot pour recevoir le galbord et les extrémités des bordés.

Sur notre image, l'étrave est prête avec sa râblure. On voit le marsoin en renfort au joint avec la quille. Ci-dessous un détail du haut de la râblure.

Détail du ghaut de la rablure

On parle également de râblure pour désigner la découpe faite dans l'extrémité avant des bordés à clin afin de leur permettre de se "fusionner" pour arriver bord à bord (à franc bord) sur l'étrave.

La râblure d'étrave est visible sur cet ensenble étrave-quille-étambot  
  Retour      
       
  Racage On parle en général plutôt d'un collier de racage que d'un racage tout seul. J'ai d'ailleurs longtemps pensé qu'il s'agissait d'un synonyme de ragage. Le racage est un collier en bois ou en cordage garni de boules de bois, liant une voile à un mât ou une vergue à un mât, afin de la guider lorsqu'on envoie ou affale la voile. Racage  
  Retour      
       
  Ragage, Raguer

Raguer, c'est user ou détériorer un cordage ou tout autre élément du gréement ou de la coque par frottement. J'emploie très volontiers son subsantif ragage, mais je ne le trouve pas dans le dictionnaire, contrarement à racage, ci-dessus.

Je n'ai pas encore trouvé d'image pour illustrer le ragage : vous pouvez vous exercer aux surliures en attendant !

Surliure  
  Retour      
       
  Raidir voir border. Raidir  
  Retour      
       
  Ralingue

Renfort en cordage ou cable situé sur le bord d'attaque des voiles. "Voile en ralingue": voile sans prise au vent (ou fasseyant.) Désigne également le bord d'attaque de la voile (situé du côté d'où vient le vent.)

Notre image : vue originale prise au grand angle de la ralingue du foc affalé sur le bout-dehors de la goélette "American Eagle" fait des "S" entre les mousquetons frappés sur la draille.

Ralingue de foc affalé sur le bout-dehors de la goélette American Eagle  
  Retour      
     
  Ramer

Synonyme de nager : les avirons sont pivotés vers l'avant, enfoncés dans l'eau et on tire dessus pour faire avancer l'embarcation. Au bout du mouvement, on les lève hors de l'eau et on les ramène d'arrière en avant.

Voir Coup d'aviron pour une explication du mécanisme de la rame, avec une décomposition du mouvement et une vidéo explicative.

Notre image, "Hard to handle" est de Gil Elvgren, peintre & illustrateur américain (1914-1980). Sa technique consistait à photographier le modèle, puis à le peindre avec un hyperréalisme légèrement exagéré au niveau de la longueur des jambes, de la chevelure et de la poitrine... Quelques détails sans importance, en somme !

Ramer n'est pas toujours facile...  
  Retour      
       
  Rappel

Définition de rappel : retour d'un mécanisme à une position initiale. Le rappel est tout d'abord le résultat de la forme de la carène : c'est ce que l'on appelle la stabilité de forme : le bateau tend naturellement à retrouver la position horizontale. Si le bateau n'est pas chargé, on ajoute du lest (souvent des pierres, au temps de la marine à voile) ou on remplit des cuves pour servir de ballast (comme dans les tankers modernes, bien que dans ce cas, on recherche autant à réduire le fardage) afin de renforcer cette fonction de rappel. Sur un quillard moderne, c'est le saumon accroché au bout de la quille qui exerce une grande partie de la fonction de rappel.

Faire du rappel, c'est permettre au bateau d'avancer plus vite en combattant la pression latérale du vent. C'est donc combattre la gîte en éloignant le centre de gravité de l'ensemble bateau + équipage du centre de carène du côté d'où s'exerce la pression du vent.

En pratique l'équipage s'assoit ou se couche du côté au vent, ou fait du trapèze. Sur les bateau très étroits, on utilise traditionnellement une planche ou barre de rappel comme sur les Log Canoes de la Baie de Chesapeake (notre image.)

Rappel sur le mouillage ou sur les amarres : secousse et retour lorsque le bateau arrive au bout de son "mou" et se trouve rappelé sur le point d'amarrage.

Les barres de rappel sont de sortie sur ce gommier  
  Retour      
       
  Ratelier

Le ratelier est l'endroit où sont groupés les cabillots qui servent à saisir les manoeuvres : drisses, balancines, écoutes, etc.

Le ratelier est en général au pied du mât ou sur les pavois de part ert d'autre à hauteur du mât.

Ratelier sur le Sedov  
  Retour      
   
  Raton-laveur

Son nom savant est "Procyon Lotor" (lotor : celui qui lave, en latin), et on l'appelle "Raccoon" en anglais. Il doit son nom français à son habitude (voir ci-dessous) de tremper ses aliments dans l'eau avant de les manger. Petit mammifère omnivore à face de renard, caractérisé par son masque noir et sa longue queue annelée, vivant dans les zones boisées d'Amérique (du sud du Canada au Nicaragua et dans quelques iles des Antilles), à proximité de l'eau. Il a été introduit pour sa fourrure en Asie et en Europe (principalement en Allemagne) où certaines populations vivent à l'état sauvage. Classe : Mammifères ; ordre : Carnivores ; sous-ordre : Fissipèdes ; Famille : Procyonidés.

Le poids moyen d'un raton-laveur adulte est d'environ 8 kg. Cet animal intelligent (capable notamment de retourner sur ses pas pour brouiller sa piste) vit essentiellement dans les zones forestières, près des lacs et rivières, dans lesquelles il peut trouver sa nourriture favorite ( écrevisses, grenouilles, petits poissons et tortues). Le raton-laveur mange aussi les baies sauvages, le maïs, les pommes, etc. Bien entendu, il ne manque pas de visiter les poubelles et les jardins. Essentiellement nocturne, il n'a pas beaucoup de prédateurs bien qu'il soit parfois chassé par le renard et le coyote. Généralement docile et facile à apprivoiser, le raton-laveur se bat néanmoins avec beaucoup de courage quand il est confronté par un prédateur.

Prenez le temps de (re)lire le poème "Inventaire", de Jacques Prévert, qui explique la raison de la présence de Procyon Lotor dans ces pages, qui contiennent aussi beaucoup de choses très diverses.

Pourquoi le raton-laveur lave-t-il ses aliments ?

Les "mains" qui terminent les pattes avant des ratons-laveurs sont étonnament adroites. Ils peuvent aisément saisir, tenir et manipuler des objets à l'image des primates. Ils se servent de des leurs pattes avant pour trouver leur nourriture et grimper aux arbres, mais ils ne montrent aucune inclination à se servir d'outils comme les primates. Néanmoins, leur adresse manuelle est si développée qu'un nombre étonnant d'études scientifiques leur ont été consacrées.

L'une des choses les plus surprenantes que les ratons-laveurs font avec leurs mains habiles le lavage de leurs aliments : pour peu que de l'eau soit disponible près de l'endroit où ils mangent, ils vont plonger leurs aliments dedans et les rouler entre leurs "mains". En fait leur nom savant, Procyon lotor, signifie littéralement "ours laveur".

Même en l'absence d'eau, les ratons-laveurs accomplissent le rituel du lavage en faisant les mêmes gestes que s'ils trempaient les aliments dans l'eau. Les chercheurs en ont conclu que le "lavage" des aliments était sans relation avec leur nettoyage. Cela n'en fait pas pour autant un geste inutile : enlever la saleté de leur repas n'est qu'une conséquence fortuite d'une action ayant un but différent. Initialement, les chercheurs ont pensé que le raton-laveur était dépourvu de glandes salivaires et cherchait à humidifier ses aliments afin de faciliter leur ingestion. En fait, l'étude a montré que ce comportement fait partie de l'aspect tactile du repas du raton-laveur.

Les "mains" des ratons-laveurs sont si proches de celles des primates qu'elles sont dotées des mêmes terminaisons nerveuses sur leur partie dépourvue de poils (intérieur des doigts et paume), ce qui les rend très sensibles au toucher. Ces nerfs communiquent au système nerveux central des informations sur le poids, la taille, la texture et la température des objets qui se trouvent dans leurs "mains". On a constaté que la sensibilité des "mains" des ratons-laveurs était améliorée quand la peau de celles-ci était mouillée. Il semblerait donc que le rituel du "lavage" leur sert plutôt à mieux analyser leurs aliments.

Timbre Poste France mars 2007

Sur notre image, un joli timbre émis par la poste française en mars 2007 dans la série "Espèces menacées en France d'Outre-mer". On peut se demander ce qu'il fait dans cette série, car ce timbre est heureusement à peu près le seul endroit du monde où il est menacé car l'espèce se porte très bien, notamment dans les banlieues résidentielles d'Amérique du Nord, où il se nourrit dans les poubelles ménagères qu'il sait très bien ouvrir. Il a également perdu un "C" de son nom anglais en France d'Outre-mer.

Raton-laveur

Raton-laveur

Raton-laveur

 
  Retour      
       
  Réa Le réa est la roue qui permet la rotation du cordage ou du cable dans une poulie ou dans un espar. Réa  
  Retour      
       
  Refuser Le vent "refuse" quand il tourne dans une direction qui force le voilier à une allure plus près du vent. Refuser  
  Retour      
       
  Réel (vent) Le vent réel est le vent "absolu", mesuré par un instrument immobile. Le vent mesuré ou ressenti sur un voilier en route est le vent apparent, ou vent relatif : c'est le vent réel, modifié en vitesse et en angle par le déplacement du navire. Voir la suite à vent relatif. Ouragan  
  Retour      
       
  Relatif (vent)

Aussi nommé "vent apparent".

Vues du pont, on a l'impression que les vergues de ce phare sont brassées en éventail. En fait, la différence d'angle n'est pas si importante mais elle illustre bien le fait que le vent qui frappe les voiles (le vent relatif) est plus adonnant en hauteur qu'au ras de l'eau.

En effet, le vent rencontré par les voiles hautes est moins freiné par les turbulences causées par la surface de la mer, et donc sa composante "vent réel" est plus forte.

De plus, ce brassage assure que les voiles hautes seront déventées les premières si le barreur loffe pour "saluer" une survente.

Voir vent réel et vent relatif.

Vent relatif  
  Retour      
       
  Renouf, Emile

Artiste peintre, né à Paris en 1843.

Ci-contre : "Un coup de main".

Un coup de main , par Emile Renouf  
  Retour      
       
  Renverse Synonyme d'étale : moment où la marée est étale, avant qu'elle ne reprenne son mouvement en sens inverse de celui qu'elle vient de compléter. Renverse  
  Retour      
       
  Rhizopode

Encore une invective favorite du capitaine Haddock : superclasse de Rhizoflagellés caractérisés par la faculté d'émettre des pseudopodes. Ce sont notamment les amibes et les foraminifères.

Il est (...) admis de réunir en un seul sous-embranchement des Rhizoflagellés (...) l'ensemble des Flagellés d'une part (...) et celui des Protozoaires à affinités rhizopodiennes d'autre part (...). On a coutume de tronçonner ce dernier groupe en groupes de signification systématique différente: les Acanthaires, Radiolaires et Héliozoaires d'une part ou Actinopodes, aux pseudopodes rayonnant dans toutes les directions; les Gymnamibiens [ou Amibes nues], Thécamibiens et Foraminifères d'autre part, ou Rhizopodes au sens strict (Encyclop. Sc. Techn. t. 9 1973, p. 549).

Rhizopode  
  Retour      
       
  Ringot (poulie à ringot) Sur notre image, le ringot de cette poulie est la pièce qui dépasse de la poulie en haut à droite de la photo. Le ringot permet de saisir le bout du cordage qui passe dans la poulie qui se trouve à l'autre bout d'un palan. Ringot  
  Retour      
       
  Ris (Bande de)

Le ris permet de réduire la surface de la voilure exposée au vent. Sur une voile carrée ou latine, le ris se prend sur la vergue, dans le coté haut de la voile (ce qui est logique car la voile se ferle sur la vergue) et la vergue est abaissée de la hauteur du ris. Sur la majorité des autres voiles, le ris se trouve dans le bas de la voile, sur le coté de la bordure.

Dans certains cas, le ris se prend verticalement le long du mât, sur certains gréements bermudiens de petits bateaux.

Sur notre image ci-contre, le système de prise de ris automatique sur d'un canoë à voile : on raidit la bosse qui revient sur la poulie en pied de mât et le ris est pris ! Un peu compliqué à installer (7 poulies !) mais démoniaquement efficace ! Cliquez sur l'image pour (un peu) plus d'explications.

En dessous : la bande de ris d'une voile carrée se trouve en haut de la voile, côté vergue.

Système de prise de ris automatique sur un canoë à voile

Ris Ris
 
  Retour      
       
  Risée

La risée est un accroissement soudain et localisé du vent, sensible surtout par petit temps, où l'on peut voir la risée courir sur l'eau grâce à la zone sombre due aux toutes petites vaguelettes levées par la risée.

Notre image : En attendant la risée... Becalmed off Halfway Rock par Fitz Hugh Lane.

En attendant la risée...  
  Retour      
       
  Rocambeau

Le rocambeau sert à maintenir une drisse le long d'un espar (mât ou bout-dehors), un peu comme un mousqueton sur une draille. Il coulisse autour de l'espar en question, la drisse est frappée sur l'oeil fermé et l'oeil du point de drisse de la voile est saisi dans le croc (ou crochet.)

 

Rocambeau  
  Retour      
       
  Rocambole

Encore une invective du capitaine Haddock.

Rocambole est le personnage créé dans un cycle de nouvelles par Ponson du Terrail (Pierre Alexis, vicomte de), sérialisé dans les journeaux du soir à partir de 1857 qui raconte les aventures d'un voyou repenti devenu justicier en marge de la société. C'est à l'époque un grand succcès populaire, et le début du "roman fantastique". D'ailleurs, l'adjectif « rocambolesque » qualifie maintenant n'importe quelle aventure fantastique. La série est peu lue aujourd'hui car les péripéties sont assez répétitives.

Plante de la famille des Liliacées, variété d'ail cultivée dans les régions méditerranéennes, dont les gros bulbes d'un rouge vineux ont une saveur plus douce que celle de l'ail commun. Sans doute à cause de cette saveur moindre, la rocambole désigne aussi une chose sans valeur, futilité. Synon. fam. pacotille.

 

Rocambole  
  Retour      
     
  Rouf (ou Roof)

Superstructure installée sur le pont et recevant en général une descente et des hublots. Permet, sur les petits bateaux , de procurer une zone de hauteur plus raisonnable.

Sur notre image, le joli rouf de Dorothy s'inscrit dans un seul ensemble élliptique avec son petit cockpit à l'arrière. Image prise lors de la semaine du golfe 2009 dans le port de Vannes.

Rouf  
  Retour      
       
  Roulette à tracer La roulette à tracer ou roulette de mercerie est constituée d'une roue crantée pivotant au bout d'un manche. Sa fonction est de transférer un tracé depuis une feuille de papier ou autre support fin sur le matériau qui devra être ensuite découpé suivant ce tracé. Les dents de la roulette produisent une ligne de points qui traversent le modèle pour marquer le matériau en-dessous. Roulette à tracer  
  Retour      
       
  Roulis Mouvement latéral d'un navire causé par les vagues. Dans le sens longitudinal, il s'agit de tangage. Roulis  
  Retour      
  A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z  
Ce glossaire restera en développement : n'hésitez pas à me signaler les termes ou expressions que vous souhaiteriez voir ajoutés à cette liste, ainsi que toute erreur, omission ou tout autre défaut. Son objet est simplement de compenser la nécessité pratique d'employer des termes techniques sans lesquels les explications sont difficiles. J'ai essayé d'y inclure tout le vocabulaire maritime utilisé sur ce site, les termes "usuels" qu'il me semble utile de maîtriser (et finalement, par demande populaire, les étrangetés maritimes...)
Haut de page
Copyright Arwen Marine Emmanuel Conrath 2015 www.arwenmarine.com